mercredi 14 mars 2012

Héros - Messire Durcàn, Chevalier de l'Ordre de l'Hirondelle

Durcàn naquit à Salona, en Pomons. Son père, Silus, était chevalier, et il lui était inconcevable de ne pas suivre les traces paternelles. Si Loskalm offrait une société d'égalité des chances et que rien ne présumait de l'ascension des individus, reste qu'être né dans une famille de chevaliers conditionnait les désirs de gloire et la représentation que chacun pouvait se faire d'une telle classe. Durcàn était un pragmatique, en ce sens dérogeant quelque peu à la doctrine de l'idéalisme Loskalmi, ce qui ne l'empêchait pas d'adhérer au Rêve de Siglat. Lorsqu'il devint chevalier dans l'Ordre du Griffon, chevauchant aux côtés de son père, il rencontra Meriatan, futur héros de Loskalm, qu'il ne quitterait plus avant longtemps et avec qui il partagerait guerres et gloires. Aujourd'hui, il appartient à l'Ordre de l'Hirondelle, prêt à défendre le royaume contre le Royaume de la Guerre. Une telle histoire ferait de lui un chevalier commun s'il n'avait une particularité relative à sa foi. Durcàn est un adepte de Taralda, Patronne de la Justice. Le chevalier s'en est toujours remis à elle dans tout ce qui concerne son éthique en raison de lectures de jeunesse des écrits de la sainte. Qu'est-ce que le juste ? En quoi la justice conduit-elle à la Joie de Hrestol ? Durcàn n'est pas homme à se poser les questions avant d'agir ; il expérimente à partir des Essences idéales qu'il se représente. Car si le Juste doit conduire à la Joie de Hrestol, seule l'expérience de la Joie permettra de valider la justice et la justesse des actions entreprises. Toute quête est l'occasion d'une mise à l'épreuve, et d'expérimentation du Rêve de Siglat. L'égalité, le refus des privilèges au profit des fonctions, des concepts qui ne peuvent s'éprouver que dans l'expérience de la tâche de l'humble mortel qu'il est. Le pragmatisme est une doctrine dont Durcàn pourrait être l'avocat si elle s'érigeait au rang d'hérésie, mais elle ne l'est pas, parce que son pragmatisme sert les idées que contemple son âme, et non la matière dont est faite son armure. Car Durcàn est un malkioni, et sait qu'il se doit de dissocier les formes particulières des principes universels. Ces distinctions et contradictions théoriques font de lui un homme passionné par le débat qui ne vit que pour l'échange avec ses pairs loskalmi.

Loskalmi 3M, Chevalier 15M, Adepte de Sainte Taralda 5M, Juste 18, Pragmatique 1M, Idéaliste 15, Bavard 17, Fidèle 11M

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire